Logo

JMJ PANAMA 2019

134 vues

FOYER DE CHARITÉ SAINTE MARIE

JMJ PANAMA 2019
Les jeunes

JOURNÉES MONDIALES DE LA JEUNESSE JANVIER 2019


AVEC LE JEUNES DE LA COMMUNAUTÉ SAINTE MARIE


Nous les Haïtiens, étions fiers de représenter les Foyers de Charité durant ces JMJ. Nous avons passé une année de préparation notamment pour entrer dans les catéchèses proposées. Nous avons eu aussi une journée de récollection avec pour thème Marthe Robin et les Foyers de Charité, animée par le père Jacques Beaudry, père Fondateur de notre Foyer.


    Après les difficultés de départ, en l’occurrence pour pouvoir obtenir les visas panaméens, nous avons eu l’émotion et la joie d’être accueillis comme des princes et princesses à la paroisse où nous allions passer la semaine en diocèse. Imaginez notre surprise, ils nous ont réservé des feux d’artifices, un repas somptueux et des représentations de danses locales et chants. Pour terminer, chaque pèlerin était accueilli dans une famille. La suite c’est que nous sommes devenus comme des membres de ces familles respectives.


Plus tard, à la Capitale de Panama, un accueil chaleureux nous attendait à la paroisse de l’Immaculée Conception. Nous étions logés à l’école située en face même de l’église paroissiale. Le personnel de l’école et les volontaires ont été d’une gentillesse et d’un dévouement extraordinaire. À chaque sortie les jeunes volontaires nous accompagnaient par deux ou trois pour nous orienter dans la ville, au métro et dans les sites où il y aurait un évènement. Cela a créé un réel lien d’amitié entre nous. Le soir à l’école deux ou trois jeunes volontaires dormaient à même le sol dans les couloirs de l’école, pour veiller sur nous ! Belle Providence, une rencontre nous attendait : le père Dominique Raffray du Foyer de Lacépède était logé avec son groupe dans la même paroisse. Quelle joie!!!


Durant la semaine nous avons eu les catéchèses très instructives et nous avons participé à l’animation de la messe avec les Français, Camerounais, Burkinabés, Canadiens et Sénégalais. Nous nous sommes aussi rendus au centre Vocationnel où nous avons rencontré les légionnaires de Marie dans leur stand et, un peu plus loin sur le site, avec leur banderole des légionnaires d’autres pays d’Amérique latine. En ce même lieu, nouvelle rencontre : nous avions rendez-vous avec le père Christian de Penfentenyo qui est pour un temps au Foyer du Pérou. Encore des embrassades et de la joie à profusion.


Le sommet de notre séjour a été évidement les Journées même avec le Pape François. Le jour de l’accueil nous avons attendu son arrivée en chantant, en dansant avec les autres jeunes de diverses nations du monde. Nos jeunes étaient agréablement étonnés de voir l’accueil des autres jeunes des autres pays, cela les a touchés profondément.


Enfin la vue du Pape les a fait grimper sur un nuage dont ils descendent à peine encore ces jours-ci. L’un d’eux, au moment des témoignages disait : «  Comment moi, pauvre Frendy, ai-je eu l’honneur de voir le Pape de près ainsi, je n’en reviens pas!  Merci de m’avoir choisi pour participer à cet évènement si grand. » Nous avons tous été frappés par la grande simplicité du Pape François qui finit toujours ses messages en demandant humblement de prier pour lui, comme s’il avait grand besoin de nous. Les messages et les salutations qu’il a délivrés ont fait comprendre à tous, combien il se met « dans la peau » des jeunes et combien il est à l’écoute de leur vécu. Combien aussi il est urgent que les adultes se mettent à l’écoute des jeunes pour bien les encadrer et les orienter.


Le vendredi, le chemin de croix avec les stations animées par les représentants des jeunes de plusieurs nations dont celle de notre pays nous a fait vivre un moment intense. Des heures douloureuses et salvifiques, tant les intentions, réflexions et prières étaient tirés du vécu de chaque pays représenté avec leurs souffrances et celles du monde entier.


Le samedi matin, nouvelle rencontre sur le site : deux jeunes Equatoriennes, amies du  Foyer de l’Équateur. Nous nous sommes reconnus grâce à nos banderoles du Foyer de Charité. Rires et échanges.


À la veillée, au moment de l’adoration, les voix de deux religieuses ont touché les cœurs.  LE SILENCE complet nous a fait vivre un moment du paradis. Cela confirme le dicton qui dit qu’on entend Dieu dans le silence. Le silence, de cette foule immense, tenait du miracle. Nous palpions la présence de Dieu lui-même vivant au milieu de nous. Nous en parlons encore avec émotion. Un silence du Ciel ! Nous avons touché Dieu durant ces précieuses minutes. Le plus beau de cette masse de personnes de différents pays et continents, c’est que nous formions un SEUL CORPS, nous étions unis de l’intérieur en regardant en dedans de nous ou en dehors de nous (La sainte Eucharistie) Celui qui nous avait convoqués et appelés à être là avec Lui.


Le dimanche matin le réveil a été assez amusant, chacun sortant de son sac de couchage on simplement se levant d’un tissu posé par terre, les yeux encore ensommeillés et la musique éclatante avec une animation pour que nous soyons bien éveillés pour la messe. Au moment de la célébration Eucharistique nous avons goûté la beauté des chants de la chorale.


Nouvelle rencontre pour couronner le tout : en commençant à plier bagages, une toute jeune et menue Brésilienne souriante et joyeuse nous aborde avec de belles petites photos de Marthe. Ni plus, ni moins une amie du  Foyer de Charité du Brésil.


Notre-Dame du Foyer, Saint Joseph, Marthe et le père Finet étaient bien présents avec nous et nous disaient encore combien ils étaient contents de notre présence aux JMJ représentant les Foyers du monde entier.


Alors au travail ! Le Pape François nous a dit dans son homélie de ne pas attendre tout à l’heure ou demain pour faire la volonté de Dieu. Nous disons donc comme Notre-Dame : «  Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta Parole », « Fiat ». Allons en mission là où Dieu nous a semés comme Marie qui se rendit en hâte pour visiter sa cousine. Elle n’est pas restée en extase devant la merveille qu’elle vivait, comme nous dans notre pèlerinage au Panama, mais elle a agi sans tarder. Faisons comme elle, avec elle, pour elle, en elle, par elle pour être toujours avec son Fils Jésus le Bien Aimé.

Remonter